Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


Le roi de la loubia, Ali El Moro... Allah yerahmou

Publié par The Algerian Speaker sur 13 Novembre 2014, 19:56pm

Catégories : #Souvenirs (liyâam)

Ali El Moro, le roi de la loubia (Allah yerahmou)
Ali El Moro, le roi de la loubia (Allah yerahmou)

Le "Roi de la Loubia" est mort fin octobre à l'âge de 78 ans. Ali-Khelil Amar, alias Ali El-Moro, était le patron de l'échoppe "le roi de la loubia" spécialisée dans le plat des haricots blancs en sauce rouge piquante qui fait partie du patrimoine de la capitale algérienne. L'échoppe a été - et demeure - une destination pour les pauvres et les moins pauvres qui cherchaient à s'offrir un plat réparateur pas cher. On y sert de la sardine aussi, mais ce sont les fayots qui ont fait sa réputation nationale et même au-delà. Les clients étaient le plus souvent des ouvriers, des fonctionnaires, des chômeurs et des étudiants mais on pouvait aussi retrouver des gens plus aisés qui reviennent vers la gargote où ils se sustentaient durant leurs années de jeunesse. Les jours de froid, aller prendre un plat d'haricots chez le "roi" était un must.

Dans une Alger surpeuplée, les gargotes de la Loubia dont "l'Imbrator" ont l'assurance d'une importante clientèle, mais aux yeux des mangeurs de fayots, aucune n'a surclassé le "Roi". El Moro a recommandé de ne pas fermer l'échoppe à sa mort. Le Roi de la Loubia est resté ouvert. Les plats d'haricots en sauce étaient gratuits.

La réputation du "roi de la loubia", situé vers la fin de la Rue Tanger, à Alger centre, s'est établie dans la capitale et même dans tout le pays. Une réussite durable qui poussera certains à chercher à emprunter le label et même à prétendre faire mieux en se donnant le nom "d'Imbrator (Empereur) de la Loubia".

Le roi de la loubia, Ali El Moro... Allah yerahmou
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents